• Le purgatoire - Dante Alighieri

    Le purgatoire éditions GF Flammarion, 374 pages, classique

     

    • Synopsis : Quand Virgile et Dante, à l'aube du dimanche de Pâques de l'année 1300, débarquent sur la plage de l'Anti-purgatoire, après avoir traversé les cercles infernaux et reparcouru, à travers un boyau obscur, tout l'espace du centre de la terre à sa surface, l'impression de bonheur est intense, quasi paradisiaque... Au contraire, les récits de voyages imaginaires de la même époque décrivent des purgatoires qui sont des sortes d'enfers : mêmes feux, mêmes tortures - seulement écourtées, seulement " à terme " Dante rompt brutalement avec cette tradition ; son Purgatoire semble plutôt tendre vers le Paradis. Malgré les tourments racontés, la mémoire du lecteur garde l'image d'une montagne au milieu de la mer, dans la lumière du soleil, habitée par les anges, rythmée par les manifestations de l'art - sculptures, chants, rencontres de poètes, image d'un lieu où devenir bon signifie devenir léger...
      Pourquoi ce livre ? Après la très agréable surprise que fut pour moi, L'enfer, premier volet de divine comédie, c'est tout naturellement que je me penche sur ce deuxième volet. Bon, je dois bien l'avouer, j'ai mis un sacré moment avant de m'y mettre. Comme pour l'enfer cette lecture a été réalisée en commun avec Stelphique.
    • Si vous souhaitez lire mon avis sur l'enfer, c'est par ici que ça se passe

    Mon avis : Dante et Virgile nous avaient laissé dans ce boyau qui les ramenait de l'enfer vers la surface de la Terre. Ils arrivent donc au pied du purgatoire, dans l'anti-purgatoire pour être plus précis. C'est en fait la plage qui borde cette "île montagne" que représente le purgatoire. Comme pour l'enfer la représentation et la construction du purgatoire est très structurée, ce qui ma frappé d'ailleurs c'est une certaine symétrie avec la construction de l'enfer. Plus on monte haut sur cette montagne, plus on gravit les corniches, plus l'âme devient pure et digne d'entrer au paradis. Et là, je viens de relire ma chronique de l'enfer et je me rends compte de la grande méprise que j'y ai fait. je disais que Dante dans l'enfer "cataloguait les perversions de l'âme humaine", c'est en fait, ici, dans le purgatoire qu'il le fait. Pour pouvoir gravir les corniches, l'homme doit se débarrasser des mauvais penchants de son âme. Et voici le message principal de ce livre : Chacun doit être le propre docteur de son âme. Ce n'est pas Dieu qui nous soigne, la solution est en chacun de nous et c'est à chacun de la trouver.

    Et on arrive à la chose qui m'a le plus surpris dans le purgatoire : c'est de voir à quel point Dante se détache du religieux dans ce livre. Cet aspect très présent dans l'enfer est ici beaucoup moins au profit de la philosophie, avec la notion essentielle du libre arbitre :

     " Libres vous dépendez d'une force plus grande,

    et de meilleure nature ; c'est elle qui crée

    l'esprit en vous, que le ciel ne gouverne pas.

    Donc, si le monde présent est dévoyé,

    la cause est en vous mêmes, il faut chercher en vous ; (...)"

    Dante se permet même, dans cette oeuvre, une critique de la Curie romaine (et d'autres puissants de l'époque)

    La deuxième chose qui m'a surpris sur la fin de ce livre et l'arrivée aux portes du paradis, c'est la place prépondérante du féminin, à travers les vertus bien évidemment, qu'elle soient théologales ou cardinale, mais surtout à travers Matelda, la maîtresse des lieux. Nous mettons dès lors les pieds dans une partie très allégorique, presque féerique. Un hors-d'oeuvre idéal pour nous donner envie de dévorer le paradis !

    En bref, c'est avec un immense plaisir que j'ai replongé dans cette poésie si particulière de Dante. Si ce volet est un petit peu moins accessible que l'enfer, parce que plus philosophique et allégorique ; il m'a encore d'avantage comblé, allant même jusqu'au coup de cœur ! J'ai beaucoup réfléchi sur ce livre, et c'est précisément ce dont j'avais envie au moment de lire ce livre. Je commence vraiment à comprendre pourquoi cette oeuvre est un tel monument de la littérature, alors même que je n'ai pas du tout la prétention d'en avoir percé les mystères et secrets. J'attends vraiment le dénouement de cette divine comédie avec une grande impatience ; si tout va bien ce sera pour fin avril.

    Ma note : 18/20 Les lames du cardinal

     

    Je remercie chaleureusement Stelphique avec qui j'ai fait cette belle LC, je vous invite d'ailleurs à aller voir son avis tout en poésie

    cette lecture a été réalisée dans le cadre du challenge :

    Challenge lire ensemble


    2 commentaires
  • Avis en vrac #1

    En plein chamboulement de ma vie professionnelle, j'ai énormément de mal à tenir le blog à jour, et je m'en excuse. Pour ne pas trop laisser traîner mes avis sur mes dernières lectures, j'ai décidé de vous les présenter toutes dans un même article. Les avis ne seront toutefois pas aussi développés que dans mes chroniques ; il s'agit principalement de toutes façons de suites de saga, puisque je n'ai lu que ça au courant de ce mois de février, en participant au challenge suite de saga organisé par Cassie sur livraddict.

     

    Avis en Vrac #1

      éditions Folio, 211 pages, contemporain

    Synopsis : 'Un singe en hiver' conte la rencontre d'un jeune homme alcoolique avec un autre alcoolique plus ou moins repenti, gérant d'un hôtel dans un petit village de Normandie. Le film a été adapté au cinéma avec Gabin et Belmondo dans les rôles titres.


    Il faut tout d'abord savoir que le film avec Gabin et Belmondo, est tout simplement mon film préféré, je l'ai regardé un nombre incalculable de fois, et je connais presque toutes les répliques par coeur ! J'avais donc évidemment énormément d'attentes en ce qui concerne ce roman. Je peux tout de suite vous dire, que le livre est TRÈS largement à la hauteur de mes attentes ! Première chose la plume est vraiment très agréable, recherchée juste ce qu'il faut ; le livre étant plutôt court, ça se dévore. J'ai été très agréablement surpris par la place que prennent les dialogues dans le livre ça le rend très vivant ! Je peux même vous dire que les dialogues sont tellement bons que le grand Michel Audiard, ô combien maître en la matière en a réutilisé pas mal tels quels !! Il est à noter également que les personnages sont encore un petit peu plus complexe que dans le film. Ce qui fait d'ailleurs que le message général du livre est un petit peu différent de celui véhiculé par la version cinématographique, il est ici plus dur. Ce livre traite de l'alcoolisme, n'oublions pas qu'il a été écrit au 1963, il fallait le faire !! Je recommande vraiment cette lecture et je vous invite bien évidemment également à découvrir ce que je considère comme un chef-d'oeuvre du cinéma Français !

    Ma note : 17/20

       " - Si quelque chose devait me manquer, ce ne serait pas le vin mais l'ivresse. "

                                                                " - L'alccol c'est le salut dans la fuite, la liberté, l'état de grâce ... et pour finir, une belle saloperie. "


    Tous les livres que je vais vous présenter maintenant ont été lus dans le cadre du Challenge suite de sagas organisé par Cassie sur Livr'addict

     

     Avis en Vrac #1éditions Actes sud, collection Actes noirs, 400 pages, policier

    Synopsis : C’est le mois de janvier et un froid glacial s’est emparé de Fjällbacka. Une fille à demi nue, surgie de la forêt enneigée, est percutée par une voiture. Lorsque Patrik Hedström et ses collègues sont prévenus, la jeune fille a déjà été identifiée. Il s’agit de Victoria, portée disparue depuis quatre mois. Son corps présente des blessures qu’aucun accident ne saurait expliquer : ses orbites sont vides, sa langue est coupée et ses tympans percés. Quelqu’un en a fait une poupée humaine. D’autres cas de disparitions dans les environs font redouter que le bourreau n’en soit pas à sa première victime.
    De son côté, Erica Falck commence à exhumer une vieille affaire pour son nouveau bouquin. Une femme purge sa peine depuis plus de trente ans pour avoir tué son mari, un ancien dompteur de lions, qui maltraitait leur fille avec sa complicité passive. Mais Erica est persuadée que cette mère de famille porte un secret encore plus sombre. Jonglant entre ses recherches, une maison en perpétuel désordre et des jumeaux qui mettent le concept de l’amour inconditionnel à rude épreuve, elle est loin de se douter que pour certains, l’instinct maternel n’a rien de naturel…


    Mon avis : Fan absolu des aventure d'Erika Falck, que j'ai toutes lues, j'ai pourtant abordé ce livre plutôt sur le reculloir. L'avant dernier opus, La faiseuse d'ange m'avait laissé sur un sentiment en demi teinte, pas que je n'ai pas aimé le livre, mais j'avais un peu l'impression qu'on avait fait le tour de l'univers et des personnages. Ce dernier tome était pour moi en quelques sortes, La dernière chance !

    Force est de constater que je suis rentré dans ce livre avec un facilité déconcertante ; j'avais presque oublié à quel point c'était facile à lire et entraînant ! Petit renouveau, l'auteur découpe beaucoup plus ces chapitres que dans les précédentes aventures, on reste très peu de temps sur une même action. Ça entretient bien le suspense et donne un rythme assez élevé au livre. Alors bien sûr il y a deux ou trois choses que j'ai devinées bien avant la révélation (j'ai notamment assez tôt démasqué le coupable, mais pour ce qui est du mobile par contre ... ), mais je crois que c'est surtout du au (trop) grand nombre de thriller ou policier que j'ai lu. Rien de bien grave, ça me le fait régulièrement. Il faut vraiment que j'en lise moins. L'intrigue est comme d'habitude, j'ai envie de dire, très bien maîtrisée ! Côté personnage, si Bertil commence à vraiment me taper sur le système et Martin que j'avais envie de baffer pour le secouer un peu, j'ai été très agréablement surpris de voir Gösta prendre une part si importante dans l'histoire ! J'ai vraiment adoré ce personnage dans cette enquête alors, même que je n'ai jamais eu d'atomes crochus avec lui jusque là. Objectivement, ce livre est très bon et si je devais m'arrêter là, je dirais que le défi à très largement été relevé ... sauf que ...

    Il y a dans ce livre une inspiration beaucoup trop forte  d'un autre roman suédois, L'homme qui n'aimait pas les hommes de Stieg Larson ! Alors je sais que les auteurs s'inspirent fréquemment d'autres livres etc... etc ... Mais là, NON ! c'est trop ! Les ressemblances sont trop nombreuses à mon goût et sur plusieurs aspects de l'intrigue, ça ne peut pas être un hasard ! Alors oui c'est vrai ma dernière relecture de millenium à moins d'un an, ça ne m'aurait sans doute pas sauté aux yeux à ce point si je n'avais pas relu ce fameux tome 1. Mais j'ai le sentiment que l'auteur est tombée dans la facilité, j'ai le sentiment qu'elle se moque du lecteur, en un mot, je me suis senti arnaqué !! C'était à un tel point que j'étais à deux doigts d'abandonner ma lecture à deux chapitre de la fin !! Pour moi, le divorce avec Camilla Läckberg semble prononcé.

    Ma note : 8/20 

    Et je finirai en remerciant Mypianocanta avec qui nous avons réalisé cette lecture en commun. Son avis, c'est par ici.


    Avis en Vrac #1

    éditions Milady, e-book, romance paranormale

    Synopsis : Jaime Farrow a toujours eu le béguin pour Dante. Mais lorsque leur meute a été divisée, ils se sont perdus de vue. Désormais adultes, et réunis dans la meute du Phénix, leur retrouvailles auraient pu être torrides. Sauf que le Beta de la meute n a de place dans sa vie que pour son travail et que Jaime est tourmentée par un lourd secret. Mais si ce qu elle cache met la meute en danger, Dante doit le découvrir même si pour cela il doit se soumettre à la tentation. 


    Mon avis : C'est avec le premier tome de la meute que je faisait mes premières armes dans le monde de la romance paranormale. Ce livre, je ne lui avait trouvé que des défauts, pourtant je ne pouvais pas dire avoir détesté, l'envie de lire le tome 2 était même grande. (Mon avis complet) Ce qui est désormais fait !

    C'est totalement sereinement que j'ai abordé cette lecture, en effet, je savais où je mettais les pieds et à quoi m'en tenir avec ce livre. Globalement on retrouve tout ce que j'ai souligné dans ma chronique du premier tome :

    - Une intrigue très légère, incroyablement prévisible.

    - Une plume plutôt vulgaire, même si de ce côté là, j'ai l'impression que l'auteure a mis un peu la pédale douce

     - Du cul, encore pas mal de cul, même si encore une fois ce tome est un peu plus soft que le précédent.

    Oui bon en fait les défauts sont quand même un peu moins prononcés que dans Trey Coleman. De beaux efforts ont même été fait sur les personnages que j'ai trouvé un peu moins basiques, et donc auxquels je me suis un peu plus attaché. Même la mythologie des loups garous a un peu plus été exploitée ; on fait même connaissance avec d'autres type de méthamorphes, et ça, ça m'a plutôt beaucoup plu. Au final mis à part un ou deux chapitres sur la fin où on retombe vraiment dans les travers "caricaturaux" du précédent opus, tout est beaucoup mieux maîtrisé, l'auteure ayant même réussi à me surprendre un tout petit peu sur la fin (une toute mini surprise, mais quand même lol )

    En bref, maintenant que je sais à quoi m'attendre, cette lecture s'est révélée être une excellente lecture détente, sans prise de tête, qui m'a fait passé un bon moment. Les échanges truculents avec ma binômette autour de cette lecture commune ont bien évidement rendu cette lecture encore plus sympathique ! Merci encore à toi Nanounette !! On remets ça d'ailleurs très vite avec le tome 3 !

    Ma note : 15/20 

     


    Avis en Vrac #1éditions Milady, e-book, fantasy

     

    Synopsis : Son nom est Druss. Garçon violent et maladroit, il vit dans un petit village de paysans situé au pied des montagnes du pays drenaï. Bûcheron hargneux le jour, époux tendre le soir, il mène une existence paisible au milieu des bois. Jusqu’au jour où une troupe de mercenaires envahit le village pour tuer tous les hommes et capturer toutes les femmes. Druss, alors dans la forêt, arrive trop tard sur les lieux du massacre. Le village est détruit, son père gît dans une mare de sang. Et Rowena, sa femme, a disparu…

    S’armant de Snaga, une hache ayant appartenu à son grand-père, il part à la poursuite des ravisseurs. Déterminé à retrouver son épouse, rien ne devra se mettre en travers de son chemin. Mais la route sera longue pour ce jeune homme inexpérimenté. Car sa quête le mènera jusqu’au bout du monde. Il deviendra lutteur et mercenaire, il fera tomber des royaumes, il en élèvera d’autres, il combattra bêtes, hommes et démons. Car il est Druss, et voici sa légende…
     

     
    Mon avis : J'ai fais connaissance avec Druss à travers l'excellent Légende (mon avis complet)L'envie de mieux connaitre son histoire étant très forte, c'est avec beaucoup d'attentes que je me suis plongé dans ce tome qui lui est entièrement consacré. Druss c'est juste LE héro du monde Drenaï et c'est dans ce tome que l'on va comprendre comment il va gagner son surnom de légende. Ce personnage déjà très travaillé va se révéler être encore bien plus complexe que je ne pouvais me l'imaginer. Sous ces airs de gros dur et de force de la nature, on va se rendre compte que c'est aussi et surtout un accidenté de la vie au grand cœur, et même finalement assez sensible. Evidemment ce livre est un concentré d'action, ça part même très fort dès le tout début du livre. Amateur d'action, tu va être servi, qu'on se le dise tu ne vas pas t'ennuyer une seule seconde ! Même s'il n'y avait que Druss et l'action ce livre serait vraiment très bon. Mais comme en plus l'auteur, comme à son habitude, nous sert un florilège de personnages secondaires tous très soignés et aussi intéressants les uns que les autres et qu'il nous sert également une très belle histoire d'amour (parce que oui ce livre est finalement avant tout une histoire d'amur !!) ; ce roman devient juste généralissime !
    Evidemment, c'est un coup de cœur total, et évidemment, je ne peux que vous conseiller de le lire dévorer !!
    Vivement le prochain !!!!!
    Ma note : 19/20
    Je tiens également à remercier très chaleureusement Cassie avec qui j'ai réalisé cette excellente lecture commune. Son avis, c'est par ici !

    10 commentaires
  • Classiques : Mon auto-challenge !

    Choisissez moi mon classique de Mars.

    Après une année 2016 placée sous le signe de l'élargissement de mon spectre de lecture en me tournant vers des genres peu ou jamais lu; j'ai décidé de mettre mon année 2017 sous le signe des classiques. J'ai envie d'essayer d'en lire un par mois. Seulement des titres de classiques il y en a beaucoup ! C'est en voyant le rendez-vous Wild PAL de Candyshy que j'ai eu l'idée de vous les faire choisir.

    Chaque mois je vous sélectionnerais 5 titres qui se rapportent à un thème ; vous n'aurez alors plus qu'à voter pour celui que vous avez envie que je lise en laissant son titre dans les commentaires. Je m'engagerais alors à le lire dans le mois qui suit et à vous en faire une chronique. Chaque lecteur voulant me suivre sur l'un ou l'autre des titres est évidemment le bienvenue. Il s'agit là pour moi, d'un véritable défi, j'ai bien conscience qu'il ne va pas être simple du tout à boucler (certains des thèmes choisis me mettent clairement en difficulté ) mais c'est ça qui m’intéresse et m'amuse !

     Pour ce moi de mars je vous propose comme thème :

    Le romantisme Français.

    Vous avez donc jusqu'au 28 février pour choisir entre :

     Mon auto-challenge MarsMon auto-challenge MarsMon auto-challenge MarsMon auto-challenge MarsMon auto-challenge Mars

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

             Victor Hugo                    Honoré de Balzac     Alphonse de Lamartine               Stendhal                      Alexandre Dumas

         Notre Dame de Paris           Le lys dans la vallée                       Graziella                              Le rouge et le noir                  La dame pâle

                  8 votes                                                                                            3 votes                                          7 votes

    Au mois de mars je lirais donc le grand classique de Victor Hugo reconnu comme étant L'oeuvre emblématique du romantisme Français. C'était vraiment très serré avec Stendhal, je suis juste un peu surpris que Balzac n'ait retenu aucun suffrage. Si quelqu'un veut se joindre à moi sur cette lecture, ça sera avec grand plaisir !!


    14 commentaires
  • Throwback Thursday Livresque # 4 :

    L.G.B.T. + ou minorités

    Throwback Thursday Livresque #1 : coup de cœur absolu 2016

    Qu'est ce que le Throwback Thursday Livresque ?

     C'est en rendez-vous hebdomadaire lancé par Aurélie du blog Bettie Rose Booksqui s'est inspirée du Throwback Thursday d'Instagram. Chaque semaine, elle nous invite a revenir sur une de nos précédentes lectures en fonction d'un thème différent à chaque fois. Je surveille ce rendez-vous depuis son lancement et ça y est, je me suis décidé : je m'y colle aussi.

    Le thème de la semaine : 

     

    Throwback Thursday Livresque #4 : LGBT

     En voyant ce thème, j'ai immédiatement pensé à l'un de mes gros coup de cœur de l'année dernière ! Mais en y réfléchissant je me rends compte qu'à part ce livre j'aurais été bien embêté pour vous présenter un titre. Evidemment que je croise de temps en temps le thème dans mes lectures, mais c'est pour la plupart du temps très accessoire à l'histoire. Je vais donc me jeter avidement sur tous vos TTL pour me donner des idées. De mon côté, je vous en ai déjà beaucoup parlé évidemment mais je ne cesserais de défendre ce livre, je parle bien évidemment de :

    Throwback Thursday Livresque #4 : LGBT

     

    Pour ses dix-neuf ans, Vincent s’est offert un parricide. Il a tué son bourreau. Mais peut-on vraiment se libérer de l’emprise du Mal ? Peut-on se reconstruire après avoir subi le pire ? Incarcéré, Vincent doit affronter ses démons, apprendre à se connaître et s’accepter… pour atteindre la délivrance, sa résilience.

    Voilà un livre que tout le monde devrait absolument lire ! Il est plutôt très dur, c'est certain, mais vous en sortirez grandi !!

    Et puis ce livre est aussi et surtout porteur d'espoir, une très belle ode à la tolérance. Vous ne pourrez pas rester insensible, c'est certain. Vincent vous retournera les tripes à coup sûr.

    Il est très court, percutant ! C'est un concentré d'émotion ! Prenez 3 heures de votre temps et lisez le d'une traite.

    Ce livre est un vaccin,  l'auteur nous blesse l'âme pour mieux nous la soigner.

    En plus en achetant ce livre, vous ferez une bonne action, puisqu'un euro est reversé à l'association Le refuge pour chaque exemplaire vendu. Alors vous n'avez plus aucune excuse, FONCEZ !!!

     

    Je vous invite bien évidemment à aller voir mon avis détaillé

     

    Et la semaine prochaine je vous emmène en voyage avec le thème : Au grand air.


    7 commentaires
  • L'île des amours éternelles - Daina Chaviano

    L'île des amours éternelleséditions Buchet Chastel, 439 pages, romance

     

     

     Synopsis : Miami, 1998. Pour fuir sa vie de solitude et d’ennui, Cecilia, jeune journaliste cubaine exilée, trouve refuge un soir dans un bar musical où elle rencontre Amalia, une vieille femme exilée elle aussi mais prête à révéler une longue chronique d’étonnants secrets. Au cours des prochaines nuits rythmées par la guaracha et le boléro, enfumées par les Cohiba, Cecilia reviendra, subjuguée, écouter Amalia lui conter trois histoires de famille vieilles de plus d’un siècle et constitutives de la trame du roman. Cette saga de destins croisés dans le Cuba des 19ème et 20ème siècles résonnera étrangement dans le cœur de Cecilia, elle-même sur la piste d’un mystère à résoudre aux limites du paranormal dans le Miami d’aujourd’hui. Entre chronique familiale, fiction historique, roman des origines et de l’exil qui mêle les fantômes du passé –des confins de la Chine, de l’émancipation des Noirs à la révolution cubaine- aux énigmes du présent, L’île des amours éternelles s’inscrit dans la tradition latino américaine du réalisme magique qui sait faire triompher l’éternité des sentiments sur la fatalité de la mort.


      Pourquoi ce livre ?  Ce livre, je l'ai lu complètement à l'aveugle ; je n'ai lu ni le résumé, ni aucune chronique qui en parle, je ne savais d'ailleurs absolument pas de quoi il était question non plus, je ne savais même pas dans quel genre il se classait, et enfin, je ne connaissais pas du tout l'auteur ! J'ai totalement fait confiance à ma copinaute Cassie, pour qui il était un coup de cour total. (Bon je l'avoue, j'ai quand même été un petit séduit, aussi par la magnifique paire de gambette ultra sensuelle de la couverture ) Et je la remercie, puisqu'elle a finalement décidé de le relire avec moi.

    Mon avis : Bon, ben voilà, me voilà arrivé là et je ne sais absolument pas ce que je vais bien pouvoir vous dire, ni par quel bout je vais bien pouvoir prendre cette chronique ! Ne vous méprenez pas, ce livre je l'ai adoré ; peut-être même plus que ça encore ! C'est juste que c'est un roman tout en sensations où tout se joue tellement sur le ressenti que j'ai bien du mal à mettre des mots là dessus !

    Je vous parlais de la sensualité de la couverture, mais en quelques sortes c'est le roman tout entier qui l'est. Le principal sens qui a été mis en éveil chez moi, c'est l'ouïe bien sûr ! La musique est en effet omniprésente dans ce livre, tellement que chaque chapitre emprunte son nom au répertoire des boléros cubains. Evidemment je ne connais aucun de ses titres mais j'avais constamment en tête une espèce de mélodie langoureuse entre Rumba et blues New Orleans. Langueur et Mélancolie sont deux adjectifs qui qualifient assez bien l'atmosphère si particulière dans laquelle l'auteure nous embarque, mais il y a autre chose, on ressentirais presque une espèce de moiteur tropicale en lisant ce livre. On part en voyage, le dépaysement est vraiment saisissant !

    Comme vous l'aurez compris, nous sommes dans une histoire de destins croisés, les personnages sont plutôt nombreux. Au début, j'étais d'ailleurs paumé au milieu de tout ça. La plume vraiment magnifique de l'auteure m'a tout de suite charmé et j'ai finalement très vite retrouvé mes marques au milieu de ces personnalités si différentes. Ces personnages, tous aussi attachants les uns que les autres n'ont en commun que Cuba et une vie des plus compliquées. Cuba comme un aimant, Cuba comme un espoir. Parmi eux je retiendrais surtout Mercedes qui m'a bouleversé. On assiste à travers ces yeux à une scène  d'une sensualité, d'une grâce ... en bref une scène des plus sublime ! Je retiendrais évidemment également Amalia, sorte de plaque tournante du récit, un personnage vraiment très complexe et complet

    Au delà des destins croisés de plusieurs famille, c'est le destin d'une nation dont il est question ici. Et là, c'est je trouve un tour de force de Daina Chaviano, elle arrive à nous parler de Cuba, des Cubains sans réellement faire de politique. Elle nous présente son île sous un jour que je ne connaissais pas tellement ; je ne savais pas par exemple, que la fondation de cuba s'était faite dans le cosmopolitisme.

    J'ai beaucoup aimé la touche de mysticisme à la limite du fantastique dont se sert l'auteure pour pimenter son intrigue. Enfin, ce qui est fantastique c'est surtout à quel point j'ai été comme envoûté par ce récit, à quel point il s'est insinué en moi, à quel point j'ai été charmé, subjugué par cette histoire d'amour ! (ben oui, il y en a quand même une ;) )

    En bref, un énorme coup de cœur, que je ne peux que vous recommander chaleureusement ! Ne vous fiez pas à la quatrième de couverture qui ne rend pas tellement hommage à ce livre. Ne vous fiez pas tellement à cette chronique qui retranscrit bien difficilement l'étendu des émotions qu'a pu faire naître en moi cette lecture. C'est en toute confiance que j'ai lu ce livre conseillé par Cassie ; je peux vous l'assurer, vous pouvez avoir une confiance aveugle en ce livre, vous allez adorez ! Lisez le !!

    Ma note : 19/20 Les lames du cardinal

     

    Un énorme merci à Cassie pour m'avoir conseillé ce livre, mais aussi bien évidemment pour cette lecture commune et tous les échanges qui en ont découlés. Si vous voulez lire son avis c'est par ici !

    Cette lecture m'a bien évidemment donné envie de réécouter une chanson sur Cuba d'un chanteur de ma ville bien trop méconnu. La mélodie colle vraiment très bien à l'ambiance de ce livre, je ne résiste donc pas à l'envie de vous la partager :


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires